AccueilÉconomieLe pétrole chute, au plus bas depuis 2009, limitant le rebond des marchés européens

Le pétrole chute, au plus bas depuis 2009, limitant le rebond des marchés européens

Le prix du pétrole est en baisse considérable depuis l’assemblée de l’Opep qui s’est tenue ce vendredi 4 décembre. Après avoir baissé de 3% vendredi, les prix ont chuté de 4 à 5% lundi 7 décembre. Le WTI est vendu à 38 dollars. Le Brent, à 41 dollars, a chuté en dessus de niveau le plus bas depuis 2009.

Le pétrole chuté une ixième fois lundi, créant un poids sur l’évolution des indices boursiers européens. Ceux-ci, en rebondi pendant la matinée, et ont commencé à baissé dès 14h, dans la lignée du pétrole qui frappait les valeurs du secteur pétrolier comme Total ou Technip.

Les prix du baril, en chute équilibrée en matinée, ont commencé à s’enfoncer à partir de 13h50. Le WTI new-yorkais, qui coutait 39,5 dollars en matinée, est rapidement passé en dessous des 39 dollars puis en dessous des 38,5 dollars, au point d’atteindre les 38 dollars vers 16h35.

Avec 38 dollars, le baril WTI se retrouve précisément à son niveau le plus bas de l’année depuis 24 août dernier, au cours de la célèbre séance de « lundi noir » qui avait secoué la planète financière. Ce niveau coïncide également à un plus bas depuis février 2009, se rapprochant du creux pétrolier qui est survenu après la crise financière de 2008. Pour ces raisons, le niveau des 38 dollars pourrait être une zone de support capital pour le WTI à court terme.

Le Brent, qui se distingue en Europe au lieu du WTI new-yorkais, se trouvait dans le même sillage. À 16h50, le Brent était échangé à 41,3 dollars, en chute libre depuis mars 2009 pour sa part.

Pour Patrick Pouyanné, PDG de Total, qui s’exprimait lors d’un discours lundi au Qatar qu’il écartait l’idée d’une hausse significative des prix du pétrole au cours de l’année 2016. « En 2016, la croissance de la capacité sera plus forte que la croissance de la demande » a-t-il expliqué.

A lire
Publicis Groupe s’occupe de son organisation en silos
A lire
Grèce : Alexis Tsipras abandonne son plan anti-austérité