PSA Peugeot Citroën a annoncé son retour officiel jeudi en Iran pays duquel, il était parti depuis quatre ans à cause des sanctions internationales avec la création d’une coentreprise qui sera capable d’injecter jusqu’à 400 millions d’euros sur cinq ans dans la création et la production de véhicules.

Signée lors de la visite du président iranien Hassan Rohani en France, cette nouvelle joint-venture avec Iran Khodro, associé historique du constructeur automobile français, concerne la production des modèles Peugeot 208, 2008 et 301 à partir du deuxième semestre 2017, d’après un communiqué.

200 modèles à produire par an

PSA aspire construire à moyen terme 200.000 modèles par an, et progressivement dans ce que son président du directoire, Carlos Tavares, a prévu être « une relation de très long terme ».

Partant de cette année, la nouvelle association va gérer la production actuelle des véhicules PSA dans l’usine Iran Khodro de l’ouest de Téhéran.

PSA ne les prenait pas en compte dans ses statistiques mondiales (2,97 millions d’unités vendues en 2015) car ces véhicules sont conçus avec des pièces locales et chinoises. Elles disposent cependant d’un tiers du marché du neuf en Iran avec 350.000 voitures l’année passée, d’après l’entreprise.

Retour de plusieurs pièces Made in Peugeot dans le processus de production

Plusieurs pièces certifiées PSA vont désormais exister dans le processus de production, en honorant les règles iraniennes qui exigent 40% de pièces d’origine locale, selon M. Tavares.

Le nouvel accord avec Iran Khodro dans cette « association » à 50-50 est le signe du retour très espéré de PSA en Iran, quatre ans après avoir été forcé par le rétrécissement des sanctions occidentales face au programme nucléaire critiqué de la République islamique.

En renonçant à ce pays, le groupe avait encaissé le coup, à l’époque face à l’Américain General Motors, tandis que l’Iran était le pays où il réalisait ses plus importants volumes après la France. PSA évalue entre trois et quatre millions le nombre de Peugeot qui circulent aujourd’hui en Iran.

A lire
Facebook poursuit l’extension de son audience et la monétise progressivement
A lire
E-commerce: les Français ont déboursé 64,9 milliards d'euros sur Internet en 2015